Recherche
en cours

Niveau

Tous

Mots clef

Tous

CAMPAGNE DE RECRUTEMENT DE L'EDUCATION NATIONALE (2011)

A gauche de l'image, une jeune femme assise lit un livre. A droite, un homme est assis devant son ordinateur.
Fiche Annotation
Méthode Analyse Prolongements

Thématiques

Masculinités, Mixité, Métiers/Orientation

Niveaux

Collège, Lycée

Intention pédagogique

Analyser et comparer les deux visuels de la campagne de recrutement de l’Education Nationale (2011) pour repérer les stéréotypes liés à la représentation des femmes et des hommes.

Pistes d'exploitation

L'ANALYSE peut se faire individuellement ou collectivement à l'aide des questions incluses dans la fiche, des propositions de réponse et des ANNOTATIONS.

L'annotation personnalisée peut être effectuée après création de l'espace personnel.

Une fiche PDF est téléchargeable.

Dans les PROLONGEMENTS, d'autres pistes de réflexion, d'autres visuels à consulter et/ou à annoter ainsi que de nouvelles propositions pédagogiques et quelques références documentaires.

Introduction

Pour vous familiariser avec les notions de stéréotype et de genre et pour préciser les différences fondamentales qui existent entre les notions de sexe et de genre, Corinne Fortier, anthropologue:

 

Eléments d'analyse, questions

Comparer, commenter:
le cadre

Il est plus serré sur Julien que sur Laura. Une partie du corps de l'homme est coupée, ce qui donne l’impression d’un jaillissement.

Il montre le corps entier de Laura à l'intérieur de son propre cadre (l'intérieur de son appartement peut-on supposer).

la position des personnages

La position de Laura évoque un moment de détente, celle de Julien un moment de travail.

l'activité

L’attitude passive de Laura contraste avec celle plus active de Julien. L’ordinateur évoque à la fois le travail, un lien avec l’extérieur (mails/réseaux sociaux), des possibilités de recherches multiples (une seule pour le livre) ; la lecture est une activité solitaire.

le décor

Il y a beaucoup plus de livres chez Laura que chez Julien.
Chez lui on a l'impression qu'il s'agit davantage de dossiers.

Les rideaux sont ouverts chez Julien pour garder un contact avec l’extérieur.
On peut aussi imaginer qu’il travaille dans un bureau.

Les rideaux sont fermés chez Laura : elle est dans sa bulle. L’intérieur est le domaine de la femme par excellence. Les crayons et le papier à l'arrière plan évoquent une activité d'écriture manuelle, pas d'ordinateur en vue.

les couleurs

- Pour Laura : blanc/tons clairs

Les tons clairs évoquent la douceur et l’association douceur/ femme/féminité.

Laura lit chez elle en pleine journée. La lumière douce accentue l’impression de douceur induite par les couleurs, la position, le sourire…

- Pour Julien : bleu/tons foncés

Les tons foncés évoquent l’action (on les retrouve dans les publicités pour les déodorants masculins ou les mousses à raser avec notamment des sportifs célèbres) ils sont identifiés à l'homme/ la masculinité/ la virilité ; ces couleurs évoquent aussi un univers High-Tech.

La tonalité bleu/gris de la photo évoque aussi un moment de tout début ou fin de journée, quand la lumière est encore faible : Julien est un bosseur, le contraire d’un feignant.

 

Quels sont les éléments qui laissent penser que Julien utilise son ordinateur pour le travail et non pour se distraire ou s'amuser?
Laura semble-t-elle aussi concentrée sur son travail?

Julien : les manches retroussés (penser à l'expression : "se retrousser les manches"., les tonalités employées, le moment de la journée et le texte veulent nous faire imaginer l'homme au travail et non en train de faire un jeu ou de consulter Facebook... Son visage, sourcils marqués, chevelure sombre, arbore une expression de concentration, qui renforce cette impression.

Laura : rien dans son expression ne semble signifier qu'elle est en train de préparer un concours, elle pourrait tout aussi bien être absorbée dans la lecture d'un roman!

 
Les textes

"Laura a trouvé LE poste de ses rêves"
"Julien a trouvé UN poste à la hauteur de ses ambitions"

LE : article défini, elle ne pouvait pas trouver autre chose ≠ un poste (= un parmi d’autres)
UN: article indéfini, il a plus de possibilités qu’elle.

Ses rêves/(elle)/ ses ambitions (lui).
L’ambition caractérise le masculin.
La rêverie reste l’apanage du féminin même dans le domaine professionnel.

"C’est l’avenir qu’elle a toujours envisagé."
"C’est la concrétisation de son projet professionnel."

La femme rêve de son avenir, depuis toujours (depuis qu’elle est petite) celui qui lui correspond le mieux et par extension qui correspond le mieux aux aptitudes supposées féminines (l’enseignement est une activité traditionnellement féminine).

Elle en rêve, on ne sait pas si elle se donne les moyens de le réaliser. Elle n’a pas d’ambition, elle veut rester dans son rêve d’enfant. Les crayons de couleurs à l'arrière plan peuvent nous laisser penser qu'elle se destine à enseigner en école maternelle.

L’homme a un projet professionnel, de l’ambition, il veut concrétiser son projet : il est dans l’action, il a des objectifs et se donne du mal pour les réaliser.

Conclusion

Cette campagne de l’Education nationale a été très critiquée en 2011.

On y retrouve en effet les qualités et les descriptifs traditionnellement associés au  au féminin et au masculin.

Femme : douceur, rêverie, intérieur,…
On l'imagine enseignante à l'école maternelle ou infirmière scolaire.

Homme : action, objectif, technologie, travail, extérieur,…
On l'imagine professeur dans le secondaire, un poste hiérarchiquement plus élevé que celui de Laura (donc mieux rémunéré).
Ces stéréotypes sont aussi réducteurs pour un sexe que pour l'autre.

Par ailleurs la diversité n'est absolument pas représentée, les cheveux sont lisses, les peaux claires, illustrations du modèle dominant.

Complément

Pourquoi ce choix de prénoms ? (rappel : les publicitaires ne laissent rien au hasard).
Extraits de : Le livre des prénoms, Florence Le Bras, collection Marabout, ed 1997

Laura : (Laure): Caractère : charmeuse, Laure aime plaire, et elle y parvient fort bien ; sensible, douce, douée d’une belle éloquence, elle séduit facilement son entourage. Elle a juste un peu tendance, devant tant de succès, à se laisser aller à la facilité.

Julien : Caractère : énergique, combatif et courageux, Julien est un homme d’action. Il est ombrageux, coléreux même parfois, mais s’il est peu diplomate et susceptible, il se fait pardonner en se montrant généreux et loyal.

Les qualificatifs "positifs" se retrouvent bien dans chacun des personnages des photos : seule leur part d’ombre (côté "négatif") est absente.

Toutefois le côté charme et séduction de la jeune femme n'est pas illustré dans le visuel même si la jeune femme est bien évidemment jolie.

On retrouve l'opposition passivité et action considérée comme une consituante des femmes et des hommes et reprise dans de nombreuses autres publicités et documents audiovisuels (il suffit de regarder la plupart des films dits d'action).

Autres propositions sur Genrimages

Une autre campagne de recrutement analysée et annotée

  1. CAMPAGNE DE RECRUTEMENT DU CNRS 2014/2015

Images proposées à l'annotation

(travailler sur le champ lexical, la position des corps, des regards, les cadrages, etc.)

  1. A ANNOTER : CAMPAGNE DE RECRUTEMENT POUR L'ARMÉE (FEMME)
  2. A ANNOTER : CAMPAGNE DE RECRUTEMENT POUR L'ARMÉE (HOMME)
  3. A ANNOTER : SALONS ETUDIANTS 2017

Une fiche pédagogique sur les métiers

  1. Métiers de femmes ? Métiers d'hommes ? Fiche pédagogique

Documentation

Pour aller plus loin sur l'orientation et les métiers

Regarder
  • Les parcours différenciés et les choix d'orientation à l'école.
    Entretien avec Marie Duru Bellat, 15 minutes
    Les enjeux de mixité et d’égalité à l’école. Les rôles du contexte social et des stéréotypes dans les choix d’orientation. Le rôle des enseignants dans la construction de l’égalité à l’école.
    Les parcours différenciés et les choix d'orientation à l'école
 
Lire

«Les jeunes femmes sont particulièrement concernées par le renoncement: 78% des filles ont renoncé à une orientation envisagée, contre 64% des garçons. Ce phénomène tient notamment au coût et à la durée des études: 25% des jeunes femmes renoncent à cause de la durée des études et 36% en raison de leur coût (contre respectivement 18% et 21% des jeunes hommes). Les aspirations des filles sont cependant souvent supérieures à celles des garçons à 15 ans (à performance et origine sociale fixée): on peut donc faire l’hypothèse qu’au fil du parcours elles sont plus conduites à renoncer à leur première idée.» 
http://www.slate.fr/story/171093/filles-renoncent-reves-orientation-scolaire

 

  • Avenir, c'est moi qui choisis !
    Une BD sur la mixité des métiers et sa fiche pédagogique :
    http://www.egalite-filles-garcons.ac-creteil.fr/spip.php?article215
    Paul et Olivia sont deux adolescents, élèves de 3éme au collège de La Tourelle. Tous deux sont de jeunes passionnés qui ont déjà une idée précise de leur futur métier : Olivia souhaite devenir mécanicienne et créer son entreprise et Paul veut s’occuper de très jeunes enfants. Mais ces choix originaux provoquent des réactions diverses parmi les amis, les parents, la communauté éducative...
Un site
  • Le sexe de mon job.
    Une vidéothèque pour promouvoir la mixité des métiers et l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes :
    http://lesexedemonjob.fr/

Sur les stéréotypes femmes/hommes en général

Extraits:

"Les attentes traditionnelles sur la façon dont les femmes et les hommes doivent se comporter peuvent avoir de graves conséquences tant sur la santé et le bien-être des femmes que des hommes. Des attentes socialisées, qui supposent que les hommes doivent être indépendants, ne pas montrer leurs sentiments et se suffire à eux-mêmes, peuvent avoir pour effet de favoriser le blocage des émotions, le manque d’ouverture, l’incapacité de reconnaître la faiblesse et la vulnérabilité, et une aptitude inférieure aux échanges interpersonnels (Pleck, 1985; Werrbach et Gilbert, 1987; Balmer, 1994). Par ailleurs, en centrant la virilité autour de la fonction pénienne et des prouesses sexuelles, la société a entretenu une atrophie affective chez les hommes, qui les rend plus vulnérables aux dangers de la témérité (Pinel, 1994). Enfin, dans la plupart des cultures, la société attend des femmes qu’elles soient émotives, sensibles, attentionnées, dépendantes et non violentes; ce type d’attentes stéréotypées a pour effet de les abrutir." (Centre de recherche pour le développement international, 2003, p.14).

"Les stéréotypes sexuels représentent un rapport déséquilibré entre les deux groupes de sexe et perpétuent des idéaux de sexe et une représentation dichotomique des modèles qui participent à la reproduction d’une société inégalitaire entre femmes et hommes.

Les stéréotypes sexuels sont alimentés par une distinction biologique qui confère un vernis "nature" à la légitimation de la division des êtres humains en deux grandes catégories : femme et homme. Selon une recherche menée auprès d’informatrices et d’informateurs localisés dans trente pays, six adjectifs considérés «typiques» ont universellement été associés aux hommes : "fort", "dominant", "énergique", "indépendant", "aventureux" et "masculin". En contrepartie, trois attributs seulement ont été associés aux femmes "sentimentale","soumise" et "superstitieuse".

Dans tous les pays, les représentations portées par les stéréotypes masculins relèvent d’une conception d’une virilité active et forte, tandis que celles associées au stéréotype féminin évoquent une image de passivité et de faiblesse."