Recherche
en cours

Niveau

Tous

Mots clef

Tous

SPORTS

Fiche
Méthode Analyse Prolongements

Thématiques

Mixité, Corps, Sport, Discriminations

Niveaux

École, Collège, Lycée

Cette fiche ne propose pas d'analyse ni d'annotations mais des ressources, des liens, des argumentaires pour un travail autour de la mixité dans le sport et la mise en lumière de sportives.

Cette fiche sera ré-actualisée régulièrement.

 

 

1. Introduction

" Le sport est une invention masculine, créée pour développer la sociabilité masculine. Il a été pensé par des hommes, pour des hommes et l'arrivée des femmes n'a pas suffi à en modifier les fondements. Parce que, pour commencer, le sport est un spectacle or les femmes doivent rester discrètes, voire cachées, dans leur univers, elles n'ont pas à investir  l'espace public. Par ailleurs le sport est étroitement associé à la compétition,  celle-ci est l'apanage de  la virilité. Aujourd'hui encore les femmes font du sport mais participent beaucoup moins souvent à des compétitions. 

Mais surtout le sport participe à la construction du modèle de masculinité hégémonique. Celle qui représente l'idéal vers lequel les hommes doivent tendre. Elle varie selon les époques et les lieux mais chaque société construit sa propre norme et tous doivent s'y soumettre. 

Toujours la violence est associée au masculin et le sport est une forme de violence. Envers les autres, mais aussi envers soi-même puisqu'il s'agit de se dépasser, de résister à la douleur. Le sport permet la reconnaissance de l'excellence masculine par la démonstration de sa force, son abnégation, son courage. Toutes qualités qui permettent d'évaluer la virilité. L'exploit sportif est également associée l'exploit sexuel. Il est sous entendu que le sportif bénéficie d'une grande puissance sexuelle, d'où la distribution massive de préservatifs lors des grands évènements sportifs.

La maitrise technologique, le sens de la stratégie font également partie de la sémantique sportive et renvoie au masculin. Et l'analyse du vocabulaire employé par les commentateurs sportifs montre à quel point ces caractéristiques : souffrance, dépassement de soi, stratégie sont soulignés pour les sportifs, mais pas pour les sportives. 

De plus le sport ne se joue pas que sur le terrain, il est aussi constitué de tout un environnement qui encourage l'entre-soi masculin et valorise les caractéristiques de cette masculinté hégémonique : vestiaires, 3eme mi-temps, chansons paillardes, référence aux femmes comme à des trophées. 

Or, si ce modèle exclut, de fait, les femmes, il exclut également tous les hommes qui s'éloignent de cette norme. Les terrains de sports restent encore des lieux où les insultes de tarlouzes ou PD sont fréquents.  Il y a donc bien des victimes masculines de cette hégémonie. Les homosexuels en premier lieu, mais aussi tous ceux qui ne sont pas forts, rapides, habiles avec un ballon, qui préfèrent des activités différentes, plus calmes ou contemplatives. Dès la maternelle et le début de la socialisation les petits garçons sont sommés de se mesurer à ces normes. Ceux qui n'y arrivent pas, où qui n'aiment pas ces jeux, ou qui aiment le rose et le disent, ou qui préfèrent jouer avec les filles sont exclus ou moqués. Ce sont de grandes souffrances qui sont ainsi engendrées, souffrances qui peuvent perdurer la vie entière." 
http://blog.plafonddeverre.fr/post/la-masculinite-hegemonique

 

2. Les hommes sont-ils plus forts que les femmes ?

Cette question a-t-elle un réel intérêt ?  Et si oui, pourquoi ? Pourquoi a-t-on tant besoin de le dire, de le croire ? Parce que ça permettrait de légitimer un rapport de domination du fort (l'homme) sur le faible (la femme) ? Parce que si l'homme n'a plus cette "supériorité" sur la femme il se sent... démuni ? diminué ? infériorisé ?


On sait par ailleurs que dans certains milieux, certaines situations la démonstration de la force est synonyme de violence. Donc la force en elle-même n'est pas forcément une valeur à défendre.

Et puis de quelle force parle -t-on ? On dit par exemple fort en maths, fort aux échecs, fort en langues,etc. Si l'on parle de force physique, alors il faut préciser si la force s'exerce dans la capacité à porter, soulever des poids par exemple, dans la rapidité (courir vite, nager vite) l'endurance ? Et si on veut comparer encore faut-il que les conditions soient les mêmes c'est à dire un entrainement égal depuis aussi lontemps. Car des nombreuses disciplines sportives ont été ouvertes aux femmes bien plus tard qu'aux hommes et le manque de pratique influe sur les résultats comme le temps dévolu à l'entraînement. On sait que le sport féminin est moins professionnalisé que le sport masculin et que la majorité des sportives de haut niveau doivent travailler en plus de leurs activités sportives (les joueuses de rugby de l'équipe nationale sont par exemple devenues semi-professionnelles seulement en 2019 à raison de 1600 euros par mois...).
De plus  tous les hommes ne sont  pas plus forts que toutes les femmes! Autour de nous les exemples sont nombreux. Et les performances des sportives sont bien meilleures que les performances de la majorité des hommes.

Ce qu'il convient d'encourager c'est l'assiduité, la persévérance et le talent de ces femmes et de ces hommes qui consacrent une grande partie de leur temps à leur pratique sportive et aussi d'encourager les pratiques sportives pour toutes et tous, sans spécificité de "sport de fille" ou de "sport de garçon", tous les sports pouvant se pratiquer par l'un ou l'autre sexe.

 

3. Différences anatomiques 

" Les différences anatomique ne sont pas aussi universelles qu'on voudrait le croire. Chez les animaux invertébrés, la femelle est généralement plus grande que le mâle, et chez certains mammifères, comme le gibbon, la baleine bleue, le lapin ou la chat, la taille est indépendante du genre. En outre, les premiers ossements humains datant du paléolithique ne présentent pas de différence significative de taille ou de diamètre entre les sexes. En réalité, il est très probable que l'écart sexué de stature soit apparu ultérieurement, comme résultant d'une inégalité non pas génomique mais nutritionnelle. Comme l'a montré l'anthropologue française Pricille Touraine dans un esai remarqué " Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse", dans la plupart des civilisations, pendant des millénaires, les protéines étaient réservées aux garçons et aux hommes, tandis que les soeurs et les épouses devaient se contenter de bouillies et de restes, pauvres en nutriments. Cette maltrunition différentielle explique que femmes et fillettes aient toujours été les premières victimes des famines, d'autant que la menstruation et la grossesse ont un coût énergétique important. La plus faible constitution des femmes est donc en partie la conséquence et non pas la cause, de leur infériorisation sociale. Ce qui signifie que la supériorité phsique mâle n'est ni totalement ni naturelle, ni intangible, nin indépassable."

Olivia Gazale, Le Mythe de la virilité. Un piège pour les deux sexes, Robert Laffont, 2017

Parmi les différences physiologiques qui pourraient jouer sur les performances (on parle ici de sportives/sportifs de haut niveau)

la VOmax : volume maximal d'oxygène consommé pendant l'effort

la FC max : nombre maximum de battements que le coeur peut réaliser en l'espace d'une minute

la masse musculaire : 35% de la masse totale d'un homme, 28% de celle d'une femme

Source : https://www.lequipe.fr/Ilosport/Archives/Actualites/Hommes-vs-femmes-quelles-differences-de-performance/743515

On parle ici de moyennes et de généralités, car dans l'article cité ci-dessus il est aussi écrit : " Sachant que l’activité musculaire est à l’origine des dépenses d’énergie durant un effort, la femme a ainsi une moins grande capacité à produire de l’énergie et donc moins de force et d’endurance. " Or, plusieurs femmes ont battu des hommes dans des épreuves d'endurance! Et cette fois on explique justement que c'est grâce à un avantage physiologique ! Ex: "L’organisme des dames utiliserait de façon plus efficace le gras comme source d’énergie que celui des hommes !  Un point important pour les efforts d’ultra endurance, étant donné que plus l’effort est long, plus le corps humain puise son énergie dans les lipides et non dans les glucides" ou "une prédisposition physiologique qui leur permet de mieux métaboliser les graisses, c'est-à-dire de mieux rentabiliser l'utilisation de l'oxygène, qui leur permet d'être plus efficaces plus longtemps ") autre façon de dire qu'elles sont avantagées et que c'est pour ça qu'elles gagnent. Alors que quand les hommes gagnent c'est tout simplement qu'ils sont meilleurs.

 

4. Des femmes qui gagnent (et battent des hommes)...

 

Outre Zhang Shan, (voir plus bas, sports mixtes) : 

Devant 263 concurrents, dont 224 hommes, Fiona Kolbinger remporte une course cycliste de 4 000 km sans assistance (2019)
https://www.lemonde.fr/sport/article/2019/08/06/devant-266-concurrents-dont-255-hommes-fiona-kolbinger-remporte-une-course-cycliste-de-4-000-km-sans-assistance_5497013_3242.html

Ana Carrasco, championne du monde de moto 
https://www.lequipe.fr/Moto/Actualites/Supersport-300-ana-carrasco-premiere-femme-championne-du-monde/945148

Alicia Saint Laurent, gagne l'ultra trail le plus difficile du monde (2016) et encore en 2019  
https://www.widermag.com/news-une-femme-termine-premiere-scratch-100-km

Jasmin Paris, première femme à remporter la Montane Spine Race, considérée comme l'un des ultra-marathons les plus difficiles au monde (429kms); elle bat de 12h le record détenu par un homme. 
https://fr.euronews.com/2019/01/18/jasmin-paris-une-athlete-d-exception

 

5. Sportives/sportifs exceptionnels et méconnus 

 

Oui, en dehors des footballeurs (et des sommes astronomiques générées par leur sport)  il existe d'autres sportives/sportifs  et il est bien dommage qu'on en parle si peu car la persévérance, la passion, l'endurance, le courage, ... qu'elles/ils manifestent sont exceptionnels :  

Sarah Thomas, elle a traversé La Manche à la nage 4 fois de suite! 
https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_un-record-du-monde-a-la-nage-realise-par-une-femme-passe-inapercu-july-robert?id=10327934&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share

Nims Dai, le Népalais de 36 ans a réussi l'exploit de gravir 14 sommets de plus de 8 000 m en moins de sept mois dans le cadre d'une expédition appelée "Project Possible". 
https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Alpinisme/Actualites/Nims-dai-on-est-proche-des-limites-de-l-humain/1084620

Marie Bochet, championne du monde handisport de ski et championne paralympique de ski (dont 4 médaille d'or à Pyeongchang!).
https://www.bochet-marie.com/

Alex Honnold, grimpeur à mains nues, il a réussi l'ascension sans assurance aucune la fameuse paroi El Capitan, dans le parc de Yosemite (USA).
https://www.franceculture.fr/histoire/grimpe-ou-meurs-les-914-metres-en-solo-integral-dalex-honnold

Des catcheuseshttp://www.slate.fr/story/190803/sport-histoire-catch-feminin-etats-unis-japon-wwe-divas-aja-perera-feminisme-visibilite-inclusivite

 

N'hésitez pas à en en trouver d'autres.

 

6. Les performances des femmes et des hommes

 

On ne peut nier que les records détenus par les hommes sportifs de haut niveau sont supérieurs à ceux détenus par les femmes sportives de haut niveau, on situe en moyenne à 10% de moins les records féminins.

Depuis trente ans, l’écart de performance entre les sportives et les sportifs s’est stabilisé à 10% en moyenne :

  • 10% dans les épreuves de courses,
  • 7% dans celles de sauts,
  • 8% en natation,
  • 7% en patinage de vitesse et 8% en cyclisme (Thibault Valérie, « Women and Men in sport performance : the gender gap has not evolved since 1983», Journal of Sports Science and Medicine, vol. n°9, 2010)

Source
https://egaligone.org/2018/04/23/quelques-chiffres-pour-apprehender-les-inegalites-dans-le-sport/

Pour comparer les records
https://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Les-records-en-plein-air/289719

 

7. Une sportive doit-elle être belle pour être médiatisée et/ou sponsorisée ?
(notons que la question se pose de façon moins radicale pour les sportifs dont l'excellence est d'abord le critère retenu).

 

Ainsi lors de la dernière coupe du monde de football, on a pu remarquer la nombre élevé de joueuses aux cheveux longs et queues de cheval (alors que les cheveux courts semblent plus pratiques), ongles vernis et maquillées  Il semble que les fédérations demandent aux footballeuses d'afficher leur "féminité" comme pour témoigner d'une hétérosexualité normative (réelle ou non) et une différenciation bien marquée avec les footballeurs. Ainsi la musculature des joueuses n'est-elle pas mise en avant au contraire de celle de hommes. Il est par ailleurs amusant de remarquer que la joueuse la plus charismatique de cette coupe du monde est Megan Rapinoe, joueuse aux cheveux courts, homosexuelle et féministe.

C'est aussi le cas  au tennis où une joueuse comme Marion Bartoli alors qu'elle était 11° mondiale ne trouvait aucun sponsor là où des joueuses beaucoup moins bien classées mais considérées comme plus jolies ou plus sexy touchaient des sommes conséquences pour accoler leur nom à une marque . Idem au surf ou la plastique des surfeuses est déterminante pour décrocher un contrat.
http://www.slate.fr/story/179154/sport-femmes-sponsors-sportives-beaute-physique-performances-football-tennis-surf)
et
https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Surf/Actualites/Tessa-thyssen-c-est-trop-facile-de-s-afficher-en-bikini/890471

 

"Selon  Isabelle Lefèvre, professeure en Staps, la jupe est un marqueur qui permet, lorsque les sportives arborent les apparats associés habituellement à la virilité (muscles, performance physique, agressivité) de juxtaposer des critères permettant d’assigner aux femmes des normes de «la féminité» traditionnelle. Pour Elsa Dorlin , professeure de philosophie politique et sociale, la gouvernance internationale du sport préfère les sportives qui n’ont pas l’air de l’être, la performance de genre pouvant rapporter plus que la performance sportive. Par ailleurs, la promotion d’une image hétérosexuelle du spectacle sportif des femmes a pour fonction d’invisibiliser les lesbiennes qui sont perçues comme «déviantes», selon une vision hétérocentrée et hétérosexiste de la culture sportive."
http://www.slate.fr/story/153570/sportives-de-haut-niveau-sortir-injonction-sexy

 

 

8. Pourquoi les hommes sont-ils plus sportifs que les femmes ? 

 

Yves Raibaud, géographe, université Bordeaux-Montaigne, Passages CNRS https://www.liberation.fr/debats/2018/02/15/pourquoi-les-hommes-sont-ils-plus-sportifs-que-les-femmes_1629990)

- 70 % des  budgets et équipements sont réservés aux garçons

- les femmes ont autant le goût du sport que les garçons mais la pratique sportive est sujette à des stéréotypes de genre puissants qui empêchent les filles d'accéder à tous les sports (non mixité de certaines pratiques qui valident à postériori la supériorité physique des garçons)

 - à l'âge adulte, il reste peu de temps aux femmes, en plus  du temps temps consacré au travail et du temps consacré aux enfants et à la maison, pour pratiquer des sports autres que ceux qui proposent des horaires aménagés (yoga, gym, danse, salle de sport par exemple) des sports qu'elles paient et ne sont pas pris en charge par la collectivité qui finance les sports masculins.

- le sentiment d'insécurité dans certains quartiers empêche les filles/femmes de se rendre dans les gymnases/stades

 

9. Epreuves mixtes?

 

Aux JO de Rio, seule une discipline sur 28 était réellement mixte : l'équitation (c'est à dire que les femmes comme les hommes concourent dans les mêmes épreuves, à différencier des équipes mixtes comme en tennis ou en curling)

En 1992, Zhang Shan, une Chinoise de 24 ans, fait sensation en remportant la médaille d'or à l'épreuve mixte du tir aux pigeons (skeet). Elle devient alors la première femme à s'imposer dans une compétition olympique mixte. Aux Jeux d'Atlanta de 1996, le programme de tir perd sa mixité… et la performance de Zhang Shan devient définitivement unique
https://histoireparlesfemmes.com/2012/11/24/zhang-shan-tireuse-delite/

 

10. Sport interdit aux hommes : et pourtant ...

 

Les épreuves de gymnastique rythmique sont uniquement réservées aux filles. Et pourtant, comme en natation synchronisée, des garçons se battent depuis quelques années pour pouvoir la pratiquer en tant que sport de loisir d'abord et en compétition. C'est le cas de Peterson Ceus, un jeune francilien :

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=xVBFjJvipz4

et : https://ablock.fr/peterson-ceus-la-gym-rhythmique-masculine-renvoie-une-image-feminine-de-lhomme-et-ce-nest-pas-bien-vu/

et : En Suède, les pionniers de la natation synchronisée masculine

 

11. Hyperandrogynie

 

L'exemple de Caster Semenya, athlète de haut niveau, dont le taux de testostérone est supérieur à la norme et que les instances sportives veulent obliger à prendre un traitement hormonal (potentiellement dangereux pour sa santé) pour le faire baisser. Ce qu'elle refuse.

Derrière cette pression, mysoginie, racisme et stéréotypes sexués. Caster Semenya ne serait pas une "vraie" femme et les tests pratiqués semblent reprendre sous un autre nom les plus anciens tests de féminité qu'on faisait passer à des atlètes jugées "non conformes".

Notons que les atlètes hommes n'ont pas tous le même taux de testostérone ; pourtant il n'existe pas de catégories  sportives par taux comme on en  trouve par poids au judo ou en boxe par exemple. Qu'une fois encore on attribue le succès d'une athlète à un facteur biologique (comme si celà suffisait!) voire à de prétendues études scientifiques qui n'existent pas (voir les articles cités plus bas). 

Les institutions sportives telles que le Comité International Olympique (CIO) et l’IAAF ont toujours prétendu que leurs règlements étaient basés sur la science. Mais cela a toujours été le contraire : la science a été créée pour justifier le règlement existant

Aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, deux athlètes namibiennes, Christine Mboma et Beatrice Masilingi, se sont vu refuser de participer à la course du 400 mètres pour cause de taux de testostérone trop élevé.

De même, l'athlète transgenre CeCe Telfer a été exclue des sélections américaines en 2021 faute d'avoir pu répondre aux normes de World Athletics concernant son niveau de testostérone (https://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/L-athlete-transgenre-cece-telfer-exclue-des-selections-americaines/1265823)

 

SELECTION D'ARTICLES

 

1. https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sexualite/katrina-karkazis-et-pierre-jean-vazel-reguler-les-athletes-sur-leur-taux-de-testosterone-ne-releve-d-aucune-preuve-scientifique_134862

Extraits

"Les institutions sportives telles que le Comité International Olympique (CIO) et l’IAAF ont toujours prétendu que leurs règlements étaient basés sur la science. Mais cela a toujours été le contraire : la science a été créée pour justifier le règlement existant...Dans le règlement instauré en 2011, le taux de testostérone n’était qu’un autre alibi scientifique, issu des contrôles antidopage obligatoires utilisé comme un test de féminité déguisé...
... Même avant l’isolation de cette hormone en 1935, les chercheurs savaient que les hommes et les femmes avaient de la Testostérone et que ses actions n’étaient pas limitées à ce que l’on associe à la masculinité. Ils ont aussi appris qu’elle était importante pour le développement osseux, la fonction cardiaque, le métabolisme du foie – fonctions qui n’ont aucune différence sexuelle. Pourtant, l’idée que la T est" l’hormone sexuelle mâle " persiste et cette identité lui donne un pouvoir qui se décline en deux axes : premièrement, trop de T semble être un problème chez les femmes ; deuxièmement, elle semble piloter tout ce qui concerne la masculinité, dont la performance sportive est un exemple. Le règlement fait une connexion entre sexe, T et performance et se cache derrière les idées obscures d’un " vrai sexe ", d’une " hormone mâle" et de T comme le vecteur des facultés athlétiques, mais rien de tout cela n’est vrai....

  

2. https://information.tv5monde.com/terriennes/caster-semenya-le-proces-de-l-hyperandrogenie-dans-le-sport-286122

 Extraits

 

- En quoi le cas de Caster Semenya est-il emblématique ?
Caster Semenya est une athlète hyperandrogène, elle produit plus de testostérone sur la base d'une moyenne qui a été déjà arbitrairement arrêtée. Pourquoi on lui demanderait de réguler cet avantage physique dans la mesure où elle n'a pas triché et que c'est un avantage au même titre qu'une grande taille pour le saut en hauteur ou au basket. Il n'est même pas prouvé scientifiquement que ce taux de testostérone élevé lui permette d'accroitre ses performances sur certaines disciplines. Il faudrait réguler les autres avantages physiques potentiels. J'ai envie d'être volontairement provocatrice et d'inviter toutes les athlètes quelle que soit leur discipline, celles qui arrivent 4ème au bas du podium à saisir le tribunal arbitral, en disant "ce n'est pas juste, ma concurrente a sûrement des avantages physiques significatifs puisque je finis toujours 4ème!" C'est une décision qui n'a ni queue ni tête et qui ouvre le champ des possibles à n'importe quelle plainte. C'est un règlement sexiste qu'entérine le tribunal du sport, car du coup, ça ne s'adresse qu'aux femmes ! Le sexisme peut très vite dévier vers le racisme. Les athlètes dits "caucasiens" pourraient tout aussi bien demander réparation face aux soi-disant avantages de leurs concurrents afro-américains ou jamaïcains par exemple au titre que ce sont eux qui décrochent toutes les médailles !...

- En quoi consiste ce traitement médicamenteux que veut imposer la FIA ?
Pour moi il s'agit d'une violation du droit humain, car on demande à ces athlètes qui sont nées femmes de prendre des médicaments pour modifier leur taux de testostérone, c'est totalement fou. Les experts médicaux ont toujours dit que la prise médicamenteuse surtout sur des athlètes qui ont un corps totalement sain, pas du tout malade, pouvait engendrer de très forts dérèglements hormonaux, des vertiges, des nausées, un déficit en cortisone. C'est très grave !

- Qu'est-ce-que cela dit sur l'hyperandrogénie dans le sport ?
C'est une mesure sexiste et même intersexophobe. A l'heure où des personnes intersexe portent plainte pour mutilations, discriminations, pour les vies brisées de ces individus qui sortent des critères normatifs qu'on impose, qui sortent de cette norme binaire, c'est un retour en arrière. Et je n'ai pas peur de le dire, on veut mutiler ces athlètes aux yeux et au vu de tout le monde.

 

3. https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-hyperandrogenie-pas-maladie-probleme-spor_fr_5d414a98e4b0db8affb08748

Extrait

... Pierre-Jean Vazel, entraîneur d’athlétisme et spécialiste du sujet, qui explique auprès du Monde que “baisser ce taux pour pouvoir participer à des compétitions ne s’impose pas d’un point de vue médical – elles ne sont pas malades – et plus encore, cela les met en danger, car une vingtaine d’effets indésirables sont recensés et cela provoque de manière anticipée une sorte de ménopause.”

Pour lui, le problème va bien au-delà d’un simple dosage hormonal. Il s’agirait plutôt “d’imposer un contrôle sur le corps des femmes (...) Dès que les femmes ont voulu faire du sport, on a contrôlé les épreuves qu’elles étaient autorisées à pratiqué, on a scruté leur corps, on a contrôlé leurs organes génitaux”, souligne-t-il...

 

4. Trouble dans le sport 
https://mailchi.mp/revueladeferlante/tests-de-feminite-aux-jo-5931220?e=2703190f0f

« Plus vite, plus haut, plus fort » : la devise des Jeux olympiques traduit bien le dépassement de soi attendu dans le sport de haut niveau. Mais pour les femmes, notamment racisées, ces valeurs se heurtent aux normes de genre : aux Jeux olympiques de Tokyo, deux athlètes namibiennes, Christine Mboma et Beatrice Masilingi, se sont vu refuser de participer à la course du 400 mètres pour cause de taux de testostérone trop élevé. La Déferlante revient sur l’injonction paradoxale posée par les « tests de féminité », dont les femmes de pays non occidentaux font régulièrement les frais.

 

12. Dirigeant.e.s

 

Dans les fédérations sportives et les organismes internationaux les dirigeants sont dans leur immense majorité des hommes. 

"La proportion des femmes dans les instances dirigeantes des fédérations a déjà connu une hausse : elle est passée de 26,5 % en 2013 à 34,8 % en juin 2017, qu’il s’agisse de conseils d’administration ou de conseils fédéraux. Le chiffre reste toutefois inférieur à celui de la pratique sportive : en 2017, les femmes représentaient 38,3 % des licences... "(https://www.lemonde.fr/sport/article/2019/01/29/le-sport-francais-attend-encore-des-dirigeantes_5416011_3242.html)

"En 2018, selon les chiffres du ministère des Sports, 14 femmes étaient présidentes de fédérations sportives. Elles étaient 42 à occuper un poste entraîneuse, soit 12,6%. Les arbitres femmes ne sont que 20%, un chiffre qui baisse à 13,8% dans les sports collectifs." (https://www.franceculture.fr/societe/le-milieu-sportif-toujours-tres-trop-masculin)

 

13. Quelques changements : Entraineure, arbitre, commentatrice

 

Bibiana Steinhaus devient la première femme arbitre dans un grand championnat européen 
http://www.lemonde.fr/football/article/2017/09/10/bibiana-steinhaus-devient-la-premiere-femme-arbitre-dans-un-grand-championnat-europeen_5183625_1616938.html

Stéphanie Frappart, première femme désignée aribre centrale d'un match de ligue1 https://www.france24.com/fr/20190423-stephanie-frappart-premiere-femme-designee-arbitre-centrale-dun-match-ligue-1 

Sabrina Delannoy, première femme à commenter un match de football sur TF1 
https://www.lequipe.fr/Medias/Actualites/Sabrina-delannoy-premiere-femme-a-commenter-sur-tf1-il-va-falloir-que-ca-devienne-banal/1034056

 

14. Football féminin

 

La récente coupe du monde  a mis en lumière le football féminin et de très nombreux articles ont été publiés à cette occasion. Nous en avons retenu quelques uns, une simple recherche par mots clés vous permettra d'établir un corpus plus complet.

 

 

 

 

 

 

  • Les pionnières du ballon rond, France Culture, juin 2019

1. Fémina sport, premier âge d'or 
https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/femina-sport-les-pionnieres-du-ballon-rond-12-premier-age-dor

2. Les juvisiennes, légendes d'hier et d'aujourd'hui 
https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/femina-sport-les-pionnieres-du-ballon-rond-22-les-juvisiennes-legendes-dhier-et-daujourdhui

 

  • La longue marche féministe du football : 5 articles de Mickaël Correia, Médiapart, 2019

- Les pionnières du foot féminin: un pavé égalitariste dans la mare victorienne 
https://www.mediapart.fr/journal/international/220619/les-pionnieres-du-foot-feminin-un-pave-egalitariste-dans-la-mare-victorienne

- Grande Guerre: de l’émancipation des footballeuses au retour à l’ordre patriarcal 
https://www.mediapart.fr/journal/international/250619/grande-guerre-de-l-emancipation-des-footballeuses-au-retour-l-ordre-patriarcal

- 1968: sous les pelouses, la plage?https://www.mediapart.fr/journal/france/280619/1968-sous-les-pelouses-la-plage

- De Marinette Pichon à Megan Rapinoe, le temps de la conquête 
https://www.mediapart.fr/journal/international/020719/de-marinette-pichon-megan-rapinoe-le-temps-de-la-conquete

- Carole Gomez: «Ce Mondial montre que les femmes ont toute leur place dans le football»
https://www.mediapart.fr/journal/international/060719/carole-gomez-ce-mondial-montre-que-les-femmes-ont-toute-leur-place-dans-le-football

 

15. Agir pour l'égalité femmes-hommes dans le sport 

Restitution d'un colloque de 2019.

 

https://www.prefectures-regions.gouv.fr/centre-val-de-loire/content/download/58081/382018/file/19-03-07-Restitution%20Colloque%20CVL-VF.pdf 

 

 

15. Journalisme


Quelle place pour les femmes dans le journalisme de sport ?

"Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste" documentaire de Marie Portolano (Canal+) sur le poids des violences sexistes dans le sport

Voir

https://www.lemonde.fr/culture/article/2021/03/21/je-ne-suis-pas-une-salope-je-suis-une-journaliste-le-documentaire-coup-de-poing-de-marie-portolano_6073953_3246.html

Extrait

Près de vingt journalistes sportives – exerçant surtout à la télévision (BeIN Sports, RMC Sport, France Télévisions, Canal+, TF1) mais pas seulement (L’Equipe, Radio France) – témoignent de la colère, de l’abattement et de l’impuissance qu’elles ont ressentis quand il leur a fallu supporter les « blagues dégueu », la « culture de boy’s club » et les insultes avilissantes sur les réseaux sociaux, alors que parallèlement la présence des femmes dans ces programmes et dans la presse a progressé. Sans oublier les commentaires sexistes débités en toute quiétude durant toute sa carrière par Thierry Roland, ou ceux d’un Denis Balbir, de M6, que sa suspension en 2018 pour propos homophobes n’empêcha pas de déclarer au Figaro « Une femme qui commente le foot masculin, je suis contre. Dans une action de folie, elle va monter dans les aigus. »

https://www.lequipe.fr/Medias/Actualites/-je-ne-suis-pas-une-salope-je-suis-une-journaliste-un-doc-necessaire/1234483

 

 

 

Fiches sur le sport sur Genrimages

LE SPORT N'A PAS DE GENRE

SOCIETE GENERALE (2011)

 

Images à annoter

A ANNOTER : CAMPAGNE CREDIT AGRICOLE FOOT FEMININ 2015

A ANNOTER : Coupe de france Féminine FFF, 2013

A ANNOTER : OPEN BASKET FEMININ 2013

A ANNOTER : OPEN INTERNATIONAL DE TENNIS FEMININ DU TOUQUET, 2013

A ANNOTER : RC CANNES VOLLEY BALL

 

Vidéos sur Genrimages

 
  • DÉSOLÉE MA PUCE, ÇA N'EXISTE PAS POUR LES FILLES!

 

Melissa Plazza, TEDx St Brieuc
Durée : 20'28
Footballeuse professionnelle, passée par l'Olympique Lyonnais et l'EA Guingamp,ancienne internationale et Docteure en psychologie sociale, Mélissa Plaza développe le sujet des stéréotypes sexués en tant que frein à la liberté individuelle, notamment dans le sport. Elle montre que ces stéréotypes s’ancrent en nous et peuvent nous influencer au quotidien, même de façon non consciente.

 

 

  • LIBERTÉ AUX JOUEUSES-L.A.J.- L'ÉGALITÉ PAR LE SPORT 

 

Liberté Aux Joueuses – L.A.J. est une association loi 1901 qui a été fondée par Nicole Abar, ancienne internationale de football, en 1997.
Elle a pour but de promouvoir un égal accès des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans le champ du sport.
L.A.J. intervient aussi bien au niveau du choix des pratiques sportives que de l’accès aux postes à responsabilités au sein des fédérations et des clubs, qu’il s’agisse de fonctions électives ou d’encadrement technique.
http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_ressource2/1770

 

  • SPORT ET DISCRIMINATIONS. UN CADRAGE SOCIO-HISTORIQUE

 

Une conférence donnée par Anaïs Bohuon, maitresse de conférences STAPS, au Centre Hubertine Auclert.
http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_ressource2/1546

 

  • PLAQUER LES STÉRÉOTYPES

 

Ce diaporama sonore de Camilo León-Quijano «Les rugbywomen : plaquer les stéréotypes», consacré à un club de rugby féminin de Sarcelles (Val-d'Oise) a obtenu le Prix du Diaporama Sonore 2017.
http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_ressource2/2163

 

  • SPORT ET HOMOSEXUALITÉ, C'EST QUOI LE PROBLÈME?

 

Année: 2011  Durée: 8'33
Entretien avec Michel Royer, auteur et réalisateur de films documentaires dont "Sport et homosexualité, c'est quoi le problème" en 2010. 
http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_ressource2/937

 

Vidéos sur internet

 

  • Le magazine ARTE "KREATUR" n° 2 " Les femmes à la conquête du terrain"

"Kreatur" se demande où sont les femmes dans le sport. Salaires, médiatisation, accès aux structures sportives ou encore sexisme : le chemin vers l’égalité sur les terrains est encore long. On en parle avec nos invitées : la boxeuse allemande Sarah Scheurich, vice-championne d’Europe 2014 poids moyen, et Cécile Ottogalli, maîtresse de conférences et responsable du Master EGAL’APS."

https://www.arte.tv/fr/videos/081636-001-A/kreatur-no-2/

 

Ressources

Media

  • Les Sportives

"Plus qu’un média, Les Sportives est une communauté en faveur de la médiatisation des femmes dans  le sport.
Magazine sportif décalé qui ressemble aux vraies sportives et refuse le modèle unique et formaté de la femme tel qu’il est proposé, fantasmé par la presse féminine classique (dans les rubriques cuisine, minceur, people, shopping,…)
Le sport de haut niveau comme le sport amateur y ont leur place, les spectatrices comme les pratiquantes y sont présentes, les enseignantes ou encore les dirigeantes y sont mises à l’honneur.
https://www.lessportives.fr/

 

  • Foot d'elles

"Ce média est né de la volonté de promouvoir le football pratiqué par les femmes. En 2018, nous avons décidé de faire évoluer la ligne éditoriale en allant au-delà de l’aspect footballistique et sportif. Foot d’Elles a aujourd’hui vocation à promouvoir plus largement le sport pratiqué par les femmes, la mixité et l’égalité femmes-hommes par le prisme du sport."
https://www.footdelles.com/

  

Livres

  • Pas pour les filles ? Mélissa Plaza, Robert Lafont, 2019
  • Du sexisme dans le sport. Béatrice Barbusse, Anamosa, 2016
  • Sport, genre et vulnérabilité au XX° siècle, Thierry Terret, Luc Robène, Pascal Charroin, Stéphane Héas et Philippe Liotard (dir) , PUF, 2014

 

Emissions de radio

Sport de haut niveau : jamais plus sans elles (juin 2019)
https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/sport-de-haut-niveau-jamais-plus-sans-elles

 

Le sport féminin est-il fait pour les hommes ? (mai 2019) Intervenants:
Jérôme Cazadieu, Directeur de la rédaction de l’Equipe
Catherine Louveau, Sociologue du sport, professeure émérite à l'Université Paris Sud
Mélissa Plaza, ex joueuse professionnelle de football, docteure en psychologie sociale
https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/du-grain-a-moudre-emission-du-mercredi-15-mai-2019

 

Associations 

  • Femix' Sports

FEMIX’SPORTS a pour objectif de contribuer à une meilleure représentation des femmes dans le sport, d’encourager la mixité et l’équité et d’être un outil d’aide et d’accompagnement pour la promotion du sport féminin en général.
http://www.femixsports.fr/

 

  • Les dégommeuses

Une équipe de foot majoritairement composée de lesbiennes et de personnes trans qui a pour objectif de lutter contre les discriminations dans le sport et par le sport.
http://lesdegommeuses.org/

 

  • Liberté aux joueuses 

"Liberté Aux Joueuses – L.A.J. est une association loi 1901 qui a été fondée en 1997 dans le but de promouvoir un égal accès des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans le champ du sport. L.A.J. intervient aussi bien au niveau du choix des pratiques sportives que de l'accès aux postes à responsabilités au sein des fédérations et des clubs, qu’il s’agisse de fonctions électives ou d'encadrement technique."
https://www.helloasso.com/associations/liberte-aux-joueuses-laj 

 

Chiffres

https://egaligone.org/2018/04/23/quelques-chiffres-pour-apprehender-les-inegalites-dans-le-sport/

http://www.femixsports.fr/les-chiffres-cles/

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3202943

 

Articles

 

 

TPE

Les inégalités Hommes/Femmes dans le sport de haut niveau
Inégalités hommes-femmes dans le sport de haut niveau

 

VOIR AUSSI LES PROLONGEMENTS DE LA FICHE "LE SPORT N'A PAS DE GENRE 
http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_fiche2/1514