Recherche
en cours

Niveau

Tous

Mots clef

Tous

LE SPORT N'A PAS DE GENRE

Fiche Annotation
Méthode Analyse Prolongements

Thématiques

Mixité, Corps, Sport

Niveaux

École, Collège

Un clip produit et réalisé par la Mission Egalité de la Ville de Genève, Suisse (2014).

Intention pédagogique

Permettre aux élèves d’identifier et de mettre à distance les stéréotypes de sexe par le biais d'une réflexion portant sur les pratiques sportives.

Pistes d'exploitation

Les questions proposées dans la partie ANALYSE peuvent introduire une discussion autour des pratiques sportives selon les sexes; le film est regardé dans un deuxième temps pour mettre en lumière la mixité des sports.

Les visuels proposés dans l'introduction de l'ANALYSE seront montrés dans un premier ou dans un deuxième temps pour valider, à travers des exemples actuels, les pratiques et les performances des sportives .

Dans la partie PROLONGEMENTS des ressources documentaires et des liens avec d'autres films et images vous sont proposés.

Présentation du clip

« La Campagne égalité 2014, tout comme le clip réalisé, ont pour objectif de questionner les représentations du féminin et du masculin dans le sport et d’encourager chacun-e à pratiquer la discipline sportive qu’elle ou il souhaite, indépendamment des stéréotypes de genre. Le clip est basé sur le concept du cadavre exquis: une femme et un homme se retrouvent tour à tour en train de pratiquer une discipline sportive soi-disant considérée comme «masculine» (par exemple, le hockey sur glace, la boxe ou encore le bicross) ou «féminine» (le patinage artistique, la danse ou encore le yoga). L’utilisation de papiers empilés suggère la multitude des combinaisons possibles du cadavre exquis et rappelle que les choix ne sont pas figés. Il s’agit de jouer sur l’inversion des stéréotypes, sans figer de nouvelles représentations, mais plutôt de souligner ainsi l’étendue du choix des possibles: une fille peut tout aussi bien faire de la danse et du skate ou de la boxe, un garçon tout autant du football et du patinage artistique » https://www.geneve.ch/fr/actualites/dossiers-information/genre-sports/actions-2014/clip-sport-genre

 

Introduction

Sur les stéréotypes femmes/hommes en généralhttp://www.e-media.ch/documents/showFile.asp?ID=6703

 

Sur le sport

Il n’y a pas de sport masculin ou féminin mais bien des femmes et des hommes qui font du sportRencontre avec Didier Chavrier, enseignant à l’université d’Orléans http://www.womenology.fr/reflexions/il-ny-a-pas-de-sport-masculin-ou-feminin-mais-bien-des-femmes-et-des-hommes-qui-font-du-sport/ (Ce lien ne fonctionne plus)

Extraits:

"... Nous percevons ici que la répartition des femmes et des hommes au sein des pratiques sportives ne s’avère être anodine puisqu’elle renvoie aux définitions de la féminité et de la masculinité construites et instituées par notre société. Ainsi des activités catégorisées comme féminines canalisent le choix de nombreuses femmes, tout comme les activités perçues comme masculines marquent l’investissement de nombreux hommes. Nous assistons à « un choix » d’activités sportives amplement déterminé socialement afin d’élaborer une dichotomie sexuée à la base de la construction sociale des corps des femmes et des hommes. Or la connotation sexuée d’une activité fluctue suivant les époques et même les sociétés considérées. Ainsi au XIXème siècle, en période de guerre franco-prussienne, la gymnastique fut par exemple une pratique largement réservée aux hommes. Par ailleurs, Outre-Atlantique le soccer comptabilise actuellement 40% de femmes au sein de la Fédération du Québec. Aucune pratique sportive ne s’inscrit donc dans une forme de déterminisme biologique. A un autre niveau, nous constatons également que la place des femmes en tant que cadres et dirigeantes dans ce bastion de la masculinité qu’est le sport reste plus que limitée."

"...Le sport apparait comme la matrice d’une masculinité et d’une féminité exacerbées renforçant dans nos sociétés l’inculcation d’une idéologie essentialiste enfermant filles et garçons dans des rôles sexués prédéterminés. Cette idéologie tente d’enfermer tout raisonnement dans une apparente évidence, empêchant ainsi d’appréhender la construction sociale des corps et les effets induits au niveau physiologique mais également psychologique. Or nous nous apercevons par cette socialisation orientée suivant le sexe de l’individu que le sport contribue à légitimer la construction de qualités corporelles différenciées."

- Nous comprenons ainsi l’injonction paradoxale dans laquelle de nombreuses sportives, comme les footballeuses, se retrouvent. La société semble enjoindre aux sportives de demeurer impérativement féminines, enfermées d’une certaine façon dans les canons du désirable et de l’apparence.

A peine voilés, les stéréotypes véhiculés contribuent à reléguer les femmes dans une logique du paraître quand les hommes, placés comme unique et inique référence dans le sport, n’exprimeraient que leur être. Les exigences physiques inhérentes à une performance sportive conséquente peuvent ainsi même être reléguées au second plan pour les femmes dans cet axiome de l’esthétique. La campagne publicitaire de la Fédération Française de Football en 2009 autour de l’équipe de France femmes illustre parfaitement notre propos. La Fédération demanda à Élodie Thomis, Sarah Bouhaddi, Gaétane Thiney et Corine Franco de poser dévêtues avec pour slogan : « Faut-il en arriver là pour que vous veniez nous voir jouer ? ». En filigrane, nous percevons que les femmes sportives demeurent sans cesse placées devant l’obligation de faire la preuve de cette construction sociale que l’on nomme la féminité.

 

Proposition d'introduction

Vous pouvez montrer les photos suivantes aux élèves en leur demandant de les décrire (on ne voit jamais le visage ou le corps de façon détaillée) ; notez si dans les termes employés il est précisé "un homme" "une femme" "une personne" (ou un motard, une surfiste, etc.).

Ensuite, reprendre les photos et demander de justifier le sexe quand il a été précisé pour mettre au jour le lien inconscient entre certains types de sport et le sexe masculin (certains sports sont associés au sexe féminin, cela sera abordé avec le film, mais ils sont identifiables visuellement de façon immédiate).

Enfin révéler le sexe et le nom de la sportive/ du sportif ainsi que le nom du sport pratiqué.

 

Une personne avec un casque sur une moto

 

Une personne avec un parachute non ouvert dans le ciel

 

 

 

 Une voiture de formule 1 et une personne qui la conduit

 

 Une énorme vague et une personne qui surfe

 

 

 

 

Une personne sur un windsurf

 

La réponse est : toutes des femmes, championnes dans leur spécialité.
(en laissant la souris sur les photos vous aurez leurs noms, en cliquant la photo s'affiche en grand avec le nom de la sportive).

 

Questions à propos du film

Les sports évoqués sont :
Patinage artistique/ Football / Gymnastique ou danse / Football / Boxe / BMX /Arts martiaux/ Yoga / Hockey sur glace/ Escalade / Skate /

Pour chacun de ces sports, pensez-vous qu'il est :

plutôt masculin?

plutôt féminin?

mixte ?

Pour chacun de ces sports, quelles sont d'après-vous les qualités, les capacités physiques et mentales nécessaires pour le pratiquer ?

 

Faire un récapitulatif des adjectifs et mots trouvés en lien avec le sexe (grâce, vitesse, force, rapidité, agilité, etc...).

 

Questionner cette répartition et la mettre en rapport avec les photos de sportives présentées en introduction et dans les PROLONGEMENTS.

Visuels du film: expliquez-les.
Que signifie "le sport n'a pas de genre"?

 Un corps  composé d'une moité fille footballeuse et d'une moitié garçon danseur. Un corps moitié joueuse de hockey, moitié patineurUn corps moitié skateuse, moitié pratiquand de yoga.

 

Complément

A propos de la force physique:

Inégalités : les hommes sont-ils vraiment plus forts que les femmes?
Raphaël Liogier, sociologue et philosophe
https://www.atlantico.fr/article/decryptage/fin-inegalites-femmes-de-demain-aussi-fortes-que-les-hommes

Extrait :

"... Ajoutons que, si surprenant que cela puisse paraître, les femmes ne seraient pas par nature moins puissantes que les hommes, même au bras de fer. C’est parce qu'elles auraient été privées de nourriture protéinée, symbole de virilité, en particulier de viande, que leur masse musculaire et osseuse se serait, au cours des millénaires, moins développée que celle des hommes.

D’après la sociologue du sport Catherine Louveau, depuis les années 1950, les performances des femmes se sont effectivement approchées de celles des hommes, y compris dans les disciplines réputées masculines comme le lancer de poids. Elles devraient totalement rattraper les hommes dans toutes les disciplines sportives d’ici à une vingtaine d’années. Ce qui ne va pas sans poser certains problèmes d’image de soi pour ces sportives qui, souvent, se sentent trop masculines et craignent d’ailleurs de ne plus susciter le désir masculin."

 

Autres propositions sur Genrimages

 

Autres propositions pédagogiques

  • Commenter ces images et ces slogans

 

Une joueuse de tennisUne joueuse de foot fait le pressing sur une autre. Une boxeuseUne joggeuse

 

  • Commenter ces photos qui présentent des sportives et des sportifs pratiquant le même sport : comparer les postures et l'engagement physique.

BOXE

 

DANSE

retrouver lien internet

 

NATATION SYNCHRONISÉE

Un homme et une femme dans une piscine dans une épreuve de natation synchronisée

 

PATINAGE ARTISTIQUE

 

LUTTE

Deux femmes dans une épreuve de lutte

Deux hommes faisant une prise de lutte

RUGBY

Des rugbymen durant un match

ARTS MARTIAUX

 

  • Composer un document papier ou internet qui présente des sportives et des sportifs en veillant à respecter la mixité dans la présentation des différents sports.
  • Le titre du film est : Le sport n'a pas de genre; penser à d'autres disciplines/jeux/pratiques, etc. que vous pourriez mettre en avant sur le même mode (exemple: Les jouets n'ont pas de genre ou Les métiers n'ont pas de genre); inventer un visuel, une animation, une campagne publicitaire,...
  • Rechercher quelles sont les épreuves réellement mixtes lors des Jeux Olympiques.
  • Faire une recherche sur les danseurs et les chorégraphes hommes.

 

A savoir

Aux Jeux Olympiques, il y a une seule épreuve uniquement masculine : la lutte gréco-romaine (mais la lutte libre est pratiquée par les femmes) ; le canoë kayak dans sa version canoë est masculine mais le kayak est mixte (il y aura deux épreuves féminines de canoë aux JO de 2020) ;

Deux épreuves sont uniquement féminines, la natation synchronisée et la gymnastique rythmique. Il existe pourtant des pratiquants de natation synchronisée masculins dont le plus célèbre est l’américain Bill MAY qui a obtenu le premier prix du championnat du monde 2015 en duo mixte et au Japon de nombreux gymnastes hommes pratiquent la gymnastique rythmique. Toutes les autres épreuves existent pour chacun des sexes.

Très peu d’épreuves sont mixtes : une épreuve de tennis (double mixte)  mais surtout l'Equitation où les femmes concourent au même titre que les hommes et peuvent remporter des médailles individuellement.

En 1992, Zhang Shan, une Chinoise de 24 ans, fait sensation en remportant la médaille d'or à l'épreuve mixte du tir aux pigeons (skeet). Elle devient alors la première femme à s'imposer dans une compétition olympique mixte. Aux Jeux d'Atlanta de 1996, le programme de tir perd sa mixité… et la performance de Zhang Shan devient définitivement unique.

 

Documentation

Une brochure

A toi de jouer ! Filles et garçons égaux sur tous les terrains
Des jeux, des illustrations, des témoignages pour favoriser la pratique du football par les filles et les garçons.
Par l'équipe de foot "Les Dégommeuses".

https://lesdegommeuses.org/a-toi-de-jouer-filles-et-garcons-egaux-sur-tous-les-terrains/

 

Articles

  • Hockey sur glace : Charlotte Cagigos, seule femme à évoluer en ligue masculine
    https://www.france24.com/fr/sports/20210308-hockey-sur-glace-charlotte-cagigos-seule-femme-%C3%A0-%C3%A9voluer-en-ligue-masculine
  • Les Femmes dans le sport : inégalités et discriminations, Catherine Louveau, sociologue, professeur en STAPS à l’Université Paris-Sud.
    Femmes dans le sport

Extrait:

"Les inégalités et discriminations prennent souvent la forme d’un procès de virilisation qu’il faut bien qualifier d’incessant. Si la femme « active » et musclée est un modèle donné comme positif (comme signe de tonicité, de « forme »...), nombre de sportives performantes demeurent questionnées quant à leur identité de « vraies femmes ». En particulier dans des sports dans lesquels elles sont peu nombreuses et que l’histoire et la culture ont dévolu aux hommes (foot, rugby, boxe, cyclisme, haltérophilie…). C'est justement un « trop de virilité » qui a amené, dans les années soixante, la mise en place de contrôles de féminité pour toutes les sportives concourant au niveau international. Elles devaient prouver être de « vraies femmes ». Toujours mis en œuvre partant d’un « doute visuel » [sic], ces contrôles relèvent d’une pratique discriminatoire n’admettant pas, pour les femmes, les différents morphotypes existant parmi les femmes comme parmi les hommes. Leur invisibilité dans les média est extrêmement significative : 80 % du temps consacré au sport sur les chaînes hertziennes ne montre que des hommes. Elles sont d’autant moins médiatisées qu’elles font du foot, du rugby, de l’haltérophilie, de la lutte etc. C’est-à-dire des activités jugées « non féminines » et dites « non vendables » (ce que les audiences lors de retransmissions de matches de handball ou de football en 2012 démentent d’ailleurs). Alors que leurs performances et compétences sont avérées, et peut-être même à cause de cela, les sportives sont de plus en plus enjointes aujourd’hui de s’exposer dans le registre de la femme séduisante ; les tenues qu’on leur demande de porter dans les compétitions de haut niveau, voire qu’on leur impose (moulantes, jupettes obligatoires, etc.), les images de nombre d’entre elles, publicitaires ou « sportives » attestent d’une sexualisation exacerbée de leur présentation. Elles ont un « prix » à payer pour la médiatisation de leurs performances."

 

 

 

 

Un magazine

Les Sportives, le magazine de toutes les sportives
http://les-sportives-mag.fr

 

Des études

Une brochure

A toi de jouer ! Filles et garçons égaux sur tous les terrains
Des jeux, des illustrations, des témoignages pour favoriser la pratique du football par les filles et les garçons.
Par l'équipe de foot "Les Dégommeuses".

http://lesdegommeuses.org/wp-content/uploads/2018/12/A_TOI_DE_JOUER_WEB-brochure.pdf

 

Une bibliographie sur le thème genre et sport

https://www.geneve.ch/fr/actualites/dossiers-information/genre-sports/programme-2014/ressources/bibliographie-theme-genre-sport

 

Un livre

Du sexisme dans le sport. Béatrice Barbusse, Anamosa, 2016
http://www.lexpress.fr/actualite/sport/sexisme-dans-le-sport-on-montre-le-visage-des-hommes-et-le-corps-des-femmes_1840444.html

 

Une association

FEMIX’SPORTS a pour objectif de contribuer à une meilleure représentation des femmes dans le sport, d’encourager la mixité et l’équité et d’être un outil d’aide et d’accompagnement pour la promotion du sport féminin en général.
http://www.femixsports.fr/

 

Des vidéos

 

Melissa Plazza, TEDx St Brieuc, durée : 20'28
Footballeuse professionnelle, passée par l'Olympique Lyonnais et l'EA Guingamp,ancienne internationale et Docteure en psychologie sociale, Mélissa Plaza développe le sujet des stéréotypes sexués en tant que frein à la liberté individuelle, notamment dans le sport.

 

 

Liberté Aux Joueuses – L.A.J. est une association loi 1901 qui a été fondée par Nicole Abar, ancienne internationale de football, en 1997.
Elle a pour but de promouvoir un égal accès des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans le champ du sport.

 

Ce diaporama sonore de Camilo León-Quijano «Les rugbywomen : plaquer les stéréotypes», consacré à un club de rugby féminin de Sarcelles (Val-d'Oise) a obtenu le Prix du Diaporama Sonore 2017.